Nathalie Artaud

0,5/10

L'équipe de Nathalie Arthaud a accepté de nous rencontrer

Points positifs :

  • Soutien à l'égalité de genre
  • Soutien à l'IVG
  • Points négatifs :

  • Aucun programme sur les violences sexistes et sexuelles, les LGBTphobies ou les discriminations en général, y compris dans le supérieur
  • Rien sur l'éducation aux VSS, à l'égalité de genre, au consentement, etc
  • Rien sur la prise en charge et l'aide aux victimes
  • Rien sur la formation des professionnel.le.s en contact avec des victimes
  • Aucune mesure judiciaire en lien avec les VSS
  • Rien sur les droits LGBTQIA+ ou les autres discriminations
  • Rien sur les violences obstétricales et gynécologiques
  • NB : Lors de notre rencontre, son équipe de campagne nous a expliqué que leur parti pris pour cette élection est de faire un programme révolutionnaire qui ne fait aucune promesse. Cela explique en partie leur score, mais également leur refus de s'engager sur nos propositions durant l'entretien (cf slide suivante).

    Ses engagements envers l'observatoire:
    Aucun engagement sur nos propositions. Nous attendons encore :
  • La publication d’une circulaire qui rappelle et précise le champ de responsabilité des établissements
  • La mise en place d'un budget conséquent, fléché et dédié à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles
  • La généralisation des dispositifs de prévention et d’accompagnement des victimes
  • La création d’une procédure disciplinaire spécifique aux auteurs de violences sexistes et sexuelles
  • La formation obligatoire des référent.e.s égalité, des représentant.e.s de la vie associative, des services de santé, du corps enseignant et des membres des cellules d’aide et d’écoute et des sections disciplinaires
  • Le renforcement de la communication concernant les dispositifs de signalement et d’accompagnement
  • La formation de l'ensemble des étudiant.e.s
  • La prise en charge financière du parcours psychologique et judiciaire des victimes
  • La création d’un comité de suivi national et la publication d’un baromètre annuel financé par l'Etat
  • Nicolas Dupont-Aignan

    2,7/10

    Points positifs :

  • Formation pour les personnels en contact avec les femmes victimes de violences
  • Tribunaux dédiés aux affaires de violences conjugales
  • Accélération des procédures pour les violences conjugales
  • Généralisation du bracelet anti rapprochement aux conjoints ou ex-conjoints
  • Créer un centre d’hébergement d’urgence par intercommunalité
  • Plan de lutte contre le harcèlement (notamment de rue)
  • Points négatifs :

  • Rien sur l'éducation aux VSS, à l'égalité de genre, au consentement, etc
  • Rien sur les violences sexistes et sexuelles dans l'Enseignement supérieur
  • Mesures sur la prise en charge et l'aide aux victimes quasi-inexistantes
  • Mesures judiciaires en lien avec les VSS quasi-inexistantes
  • Rien sur les droits LGBTQIA+ ou les autres discriminations
  • Rien sur les violences obstétricales et gynécologiques
  • Malus
  • Mesures LGBTphobes et discriminantes en général
  • Interdiction de l'écriture inclusive
  • Anne Hidalgo

    5,3/10

    L'équipe d'Anne Hidalgo a accepté de nous rencontrer

    Points positifs :

  • Education à l'égalité de genre, à la vie sexuelle et au consentement, aux LGBTQIphobies
  • Centres d’accueil spécialisés violences faites aux femmes avec personnel spécialisé dans divers domaines Formation des personnels en contact avec des victimes
  • Un.e officier.e de liaison pour l'accompagnement juridique des victimes
  • Haltes de jour et de nuit dédiées aux femmes en situation de rue
  • Fin de la correctionnalisation des crimes
  • Création de tribunaux et de brigades spécialisés dans les VSS
  • Reconnaissance de la notion d’amnésie traumatique et les conséquences psycho-traumatiques des VSS
  • Lutte contre les violences gynécologiques et obstétricales
  • 1 Milliard d'euros pour la lutte contre les violences faites aux femmes et rétablissement du Ministère des droits des femmes
  • Points négatifs :

  • Le programme manque d'approfondissement et de détails sur plusieurs points
  • Pas d'intégration du consentement dans la définition juridique du viol
  • Accélération instruction
  • Pas de fin totale de la prescription
  • Pas d'inéligibilité des élus auteurs de violences sexistes et sexuelles, pas de suspension des fonctions si accusé ou condamné pour VSS
  • Ses engagements envers l'observatoire :
    Leurs engagements sur nos recommandations
  • La formation obligatoire des référent.e.s égalité, représentant.e.s de la vie associative, du corps enseignant, de la communauté étudiante...
  • La publication d'une circulaire qui rappelle et précise le champ de responsabilité des établissements publics et privés
  • La mise en place d'un budget conséquent, fléché et dédié à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles
  • La formation de l'ensemble des étudiant.e.s
  • La prise en charge financière du parcours psychologique et judiciaire des victimes de violence
  • La généralisation des dispositifs de prévention et d’accompagnement des victimes dans l'ESR et leur contrôle
  • La communication des dispositifs existants qui prennent en charge les victimes et lutte contre les VSS
  • La création d'un comité national et la mise en place d'un baromètre annuel
  • La création d'une procédure disciplinaire spécifique aux VSS
  • Yannick Jadot

    8,9/10

    L'équipe de Yannick Jadot a accepté de nous rencontrer

    Points positifs :

  • Éducation non genrée et à la vie relationnelle, sexuelle et affective dès l'enfance, notamment sur la notion de consentement, sur les personnes LGBTQIA+, les IST, etc.
  • Augmentation des places d'hébergement d'urgence x3
  • Aide juridique aux victimes dès le dépôt de plainte, assistance et suivi juridique pour les victimes
  • Formation de l'ensemble des personnels en contact avec des victimes
  • Amélioration des conditions du dépôt de plainte (lieux d’accueil dédiés dans les commissariats, élargissement du dépôt de plainte dans les hôpitaux et les espaces médicaux)
  • Déploiement des dispositifs du téléphone grave danger (TGD) et du bracelet anti-rapprochements (BAR)
  • Brigades et tribunaux spécifiques aux violences de genre
  • Mesures de lutte contre les violences envers les mineurs
  • Financement des numéros d'aide aux victimes
  • Auteurs et mis en examen pour violences sexistes et sexuelles écartés du gouvernement et de la haute fonction publique
  • Développement de cellules d'écoute pour les victimes de violences sexistes et sexuelles dans les administrations publiques
  • 1 Milliard dans la lutte contre les violences faites aux femmes
  • Budget dédié aux droits des femmes multiplié par 5
  • Mesures contre les violences obstétricales et gynécologiques
  • Mesures contre les LGBTQIA+phobies
  • Points négatifs :

  • Pas de mesure spécifique aux violences sexistes et sexuelles dans l'Enseignement supérieur
  • Pas d'aide psychologique pour les victimes
  • Pas d'intégration de la notion de consentement dans la définition juridique du violences
  • Pas de fin de la correctionnalisation du viol
  • Pas de fin totale de la prescription des violences
  • Ses engagements envers l'observatoire :
  • La mise en place d'un budget conséquent, fléché et dédié à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles
  • La création d’une procédure disciplinaire spécifique aux auteurs de violences sexistes et sexuelles
  • Le renforcement de la communication concernant les dispositifs de signalement et d’accompagnement
  • La prise en charge financière du parcours psychologique et judiciaire des victimes de violence
  • La généralisation des dispositifs de prévention et d’accompagnement des victimes
  • Jean Lassalle

    0/10

    Points positifs :

  • Amélioration de l’aide juridictionnelle
  • Points négatifs :

  • Aucun programme sur l'égalité de genre, les violences sexistes et sexuelles, les LGBTphobies ou les discriminations en général
  • Rien sur les violences sexistes et sexuelles dans l'Enseignement supérieur
  • Rien sur l'éducation aux VSS, à l'égalité de genre, au consentement, etc
  • Rien sur la prise en charge et l'aide aux victimes
  • Rien sur la formation des professionnel.le.s en contact avec des victimes
  • Aucune mesure judiciaire en lien avec les VSS
  • Rien sur les droits LGBTQIA+ ou les autres discriminations
  • Rien sur les violences obstétricales et gynécologiques
  • A noter : Malus car accusé d'harcèlement et d'agression sexuelle

    Marine Le Pen

    0,4/10

    Points positifs :

  • Quelques mesures spécifiques à l'éloignement des auteurs de violences
  • Accélération de l'instruction pour les auteurs de violences
  • Points négatifs :

  • Rien sur les violences sexistes et sexuelles dans l'Enseignement supérieur
  • Rien sur l'éducation aux VSS, à l'égalité de genre, au consentement, etc
  • RIen sur la prise en charge et l'aide aux victimes
  • Rien sur la formation des professionnel.le.s en contact avec des victimes
  • Les mesures judiciaires en lien avec les VSS sont quasi-inexistantes
  • Rien sur les droits LGBTQIA+ ou les autres discriminations
  • Rien sur les violences obstétricales et gynécologiques
  • Emmanuel Macron

    0,3/10

    L'équipe d'Emmanuel Macron a accepté de nous rencontrer

    Points positifs :

  • Triplement de l’amende contre le harcèlement de rue
  • Points négatifs :

  • Rien sur les violences sexistes et sexuelles dans l'Enseignement supérieur
  • Rien sur l'éducation aux VSS, à l'égalité de genre, au consentement, etc
  • Rien sur la prise en charge et l'aide aux victimes
  • Rien sur la formation des professionnel.le.s en contact avec des victimes
  • Aucune mesure judiciaire en lien avec les VSS
  • Rien sur les droits LGBTQIA+ ou les autres discriminations
  • Rien sur les violences obstétricales et gynécologiques
  • Ses engagements envers l'observatoire :
    Leurs engagements sur nos recommandations
  • La formation obligatoire des référent.e.s égalité, représentant.e.s de la vie associative, du corps enseignant, de la communauté étudiante, etc.
  • La formation de l'ensemble des étudiant.e.s
  • La généralisation des dispositifs de prévention et d’accompagnement des victimes dans l'ESR et leur contrôle
  • La création d'un comité national et la mise en place d'un baromètre annuel
  • La création d'une procédure disciplinaire spécifique aux VSS
  • La publication d'une circulaire qui rappelle et précise le champ de responsabilité des établissements publics et privés
  • Ce que nous attendons encore
  • La prise en charge financière du parcours psychologique et judiciaire des victimes de violences sexistes et sexuelles
  • Des engagements concrets et précis sur la mise en place d'un budget conséquent, fléché et dédié à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles
  • Jean-Luc Mélanchon

    7,8/10

    L'équipe de Jean-Luc Mélenchon a accepté de nous rencontrer

    Points positifs :

  • Augmentation des moyens des cellules de lutte contre les violences sexistes et sexuelles dans l'Enseignement supérieur
  • Education aux VSS, notamment sur le consentement, éducation sexuelle de l'école au supérieur, lutte contre les LGBTphobies à l'école
  • 20 000 places d'hébergement d'urgence pour les victimes immédiatement créées, et 40 000 places à terme
  • Augmentation de l'aide juridictionnelle
  • Formation des personnels en contact avec des victimes
  • De nombreuses mesures d'éloignement des auteurs de violences
  • Diminution des délais de procédure pour les VSS
  • Mesure de lutte contre les violences faites aux mineurs
  • Création d'un pôle judiciaire de lutte contre les VSS par tribunal
  • 1 Milliard d'euros pour les violences faites aux femmes
  • Lutte contre les violences obstétricales et gynécologiques
  • Lutte contre violences contre personnes LGBTQIA+
  • Sanctuarisation et amélioration du numéro d'aide 3919
  • Mesures spécifiques contre les VSS dans les transports
  • Points négatifs :

  • Une seule mesure spécifique aux violences sexistes et sexuelles dans l'Enseignement supérieur
  • Pas d'intégration du consentement dans la définition juridique du viol
  • Pas de brigades spécialisées dans les violences de genre
  • Pas d'inéligibilité des élus condamnés pour VSS ou violences conjugales, pas de suspension de toute fonction de représentation le temps de la procédure
  • Pas de mesure claire et concrète sur la fin de la prescription
  • Ses engagements envers l'observatoire :
    Leurs engagements sur nos recommandations
  • La mise en place d'un budget conséquent, fléché et dédié à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles
  • La publication d’une circulaire qui rappelle et précise le champ de responsabilité des établissements
  • La prise en charge financière du parcours psychologique et judiciaire des victimes
  • La formation obligatoire des référent.e.s égalité, des représentant.e.s de la vie associative, des services de santé, du corps enseignant et des membres des cellules d’aide et d’écoute et des sections disciplinaires
  • La généralisation des dispositifs de prévention et d’accompagnement des victimes
  • Le renforcement de la communication concernant les dispositifs de signalement et d’accompagnement
  • La publication d’un baromètre annuel financé par l'Etat
  • La formation de l'ensemble des étudiant.e.s et l'application de la loi Aubry
  • Ce que nous attendons encore
  • La création d’une procédure disciplinaire spécifique aux auteurs de violences sexistes et sexuelles
  • Du personnel entièrement dédié aux cellules d'écoute et d'accompagnement (au lieu de décharges horaires)
  • La prise en charge financière totale du parcours psy et judiciaire (≠ étendue)
  • La création d’un comité de suivi national (sur les modalités : il y a un oui de principe)
  • Valérie Pécresse

    0,6/10

    Points positifs :

  • Recrutement de juges spécialisé.e.s dans les violences faites aux femmes
  • Intégrer la notion de féminicide dans le droit français
  • Lutter contre les violences conjugales en créant une juridiction spécifique
  • Points négatifs :

  • Rien sur les violences sexistes et sexuelles dans l'Enseignement supérieur
  • Rien sur l'éducation aux VSS, à l'égalité de genre, au consentement, etc
  • Mesures sur la prise en charge et l'aide aux victimes quasi-inexistantes
  • Rien sur la formation des professionnel.le.s en contact avec des victimes
  • Mesures judiciaires en lien avec les VSS quasi-inexistantes
  • Rien sur les droits LGBTQIA+ ou les autres discriminations
  • Rien sur les violences obstétricales et gynécologiques
  • Ses engagements envers l'observatoire :
    L'équipe de Valérie Pécresse avait accepté de nous rencontrer avant de ne finalement pas venir aux deux RDV que nous avions prévu. Nous n'avons pas souhaité les relancer une énième fois.

    Philippe Poutou

    4,7/10

    L'équipe de Philippe Poutou a accepté de nous rencontrer

    Points positifs :

  • Inéligibilité des élus condamnés pour violences faites aux femmes et suspension de toute fonction de représentation pour les hommes accusés de ces violences le temps de la procédure
  • Formation de l'ensemble des personnels en contact avec des victimes de violences
  • Éducation non sexiste
  • Gratuité de la prise en charge des victimes dans une pluralité de domaines
  • Points négatifs :

  • Globalement, le programme n'est pas assez développé et approfondi sur l'égalité, le féminisme et la lutte contre les violences sexistes et sexuelles, à l'image du programme global. Cela explique la note
  • Les mesures judiciaires de lutte contre les violences sexistes et sexuelles sont quasi-inexistantes
  • Pas de mesures spécifiques VSS dans l'Enseignement supérieur
  • Ses engagements envers l'observatoire :
    Leurs engagements sur nos recommandations
  • La généralisation des dispositifs de prévention et d’accompagnement des victimes
  • La formation obligatoire des référent.e.s égalité, des représentant.e.s de la vie associative, des services de santé, du corps enseignant et des membres des cellules d’aide et d’écoute et des sections disciplinaires
  • La mise en place d'un budget conséquent, fléché et dédié à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles
  • La publication d'une circulaire qui rappelle et précise le champ de responsabilité des établissements publics et privés
  • La prise en charge financière du parcours psychologique et judiciaire des victimes de violence
  • La communication des dispositifs existants qui prennent en charge les victimes et lutte contre les VSS
  • La création d'un comité national et la mise en place d'un baromètre annuel
  • La formation de l'ensemble des étudiant.e.s
  • Ce que nous attendons encore
  • La création d’une procédure disciplinaire spécifique aux auteurs de violences sexistes et sexuelles
  • Fabien Roussel

    4,2/10

    L'équipe de Fabien Roussel a accepté de nous rencontrer

    Points positifs :

  • Éducation aux stéréotypes de genre de l'école à l'Enseignement supérieur, éducation aux LGBTQIA+phobies, prévention des IST
  • Droit à des soins immédiats et gratuits en psycho-traumatologie pour les victimes et co-victimes de violences sexuelles et conjugales
  • Création de centres de psycho-traumatologie avec notamment un accueil médico-judiciaire, un centre d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) Inéligibilité des élus condamnés pour violences sexuelles et conjugales
  • Fin de la correctionnalisation des violences sexistes et sexuelles
  • 1 Milliard d'euros pour les violences sexistes et sexuelles, retour du Ministère de plein droit pour les droits des femmes
  • Points négatifs :

  • Beaucoup de mesures ne sont pas assez approfondies, le programme ne rentre pas assez dans les détails, pas de mesure spécifique au supérieur
  • Pas de formation des personnels en contact avec des victimes
  • Pas de mesure d'éloignement des auteurs de violences
  • Pas d'intégration du consentement dans la définition juridique du viol
  • Pas de tribunaux ou de brigades spécifiques pour les violences de genre
  • Pas de fin de la prescription
  • Ses engagements envers l'observatoire :
    Leurs engagements sur nos recommandations
  • La mise en place d'un budget conséquent, fléché et dédié à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles
  • La généralisation des dispositifs de prévention et d’accompagnement des victimes
  • La création d’un comité de suivi national et la publication d’un baromètre annuel financé par l'Etat
  • La formation obligatoire des référent.e.s égalité, des représentant.e.s de la vie associative, des services de santé, du corps enseignant et des membres des cellules d’aide et d’écoute et des sections disciplinaires
  • La formation de l'ensemble des étudiant.e.s
  • La prise en charge financière du parcours psy des victimes
  • Ce que nous attendons encore
  • La création d’une procédure disciplinaire spécifique aux auteurs de violences sexistes et sexuelles
  • La publication d’une circulaire qui rappelle et précise le champ de responsabilité des établissements
  • Le renforcement de la communication concernant les dispositifs de signalement et d’accompagnement
  • La prise en charge financière du parcours judiciaire des victimes
  • Eric Zemmour

    0/10

    Points positifs :

  • Augmentation des places en hébergement d'urgence
  • Permanences d’avocat.e.s dans les commissariats pour assister les victimes
  • Automatisation du port de bracelets anti-rapprochement
  • Points négatifs :

  • Rien sur l'éducation aux VSS, à l'égalité de genre, au consentement, etc
  • Rien sur les violences sexistes et sexuelles dans l'Enseignement supérieur
  • Mesures sur la prise en charge et l'aide aux victimes quasi-inexistantes
  • Rien sur la formation des professionnel.le.s en contact avec des victimes
  • Mesures judiciaires en lien avec les VSS quasi-inexistantes
  • Rien sur les droits LGBTQIA+ ou les autres discriminations
  • Rien sur les violences obstétricales et gynécologiques
  • Malus : Mesures LGBTphobes et discriminantes en général Interdiction de l'écriture inclusive Candidat accusé d'agressions sexuelles

    Nous contacter :

    Nous suivre :

    mai 2022
    L M M J V S D
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  

    S'abonner à notre newsletter :